Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > De nouveaux panneaux pour mieux informer (Hiro’a n°138 - Mars 2019)

ACTU_CULTURE

De nouveaux panneaux pour mieux informer (Hiro’a n°138 - Mars 2019)

Si vous passez du côté du marae Taputapuātea, arrêtez-vous quelques minutes pour découvrir les deux nouveaux panneaux d’information installés sur le site...

-->


RENCONTRE AVEC MARTINE RATTINASSAMY, RESPONSABLE DE LA CELLULE PATRIMOINE, ET FRANCIS STEIN, CHARGÉ DE MISSION, RESPONSABLE DE LA CELLULE DES MÉDIAS ET DE LA COMMUNICATION ET MEMBRE DE L’ÉQUIPE « PROJET TAPUTAPUĀTEA » À LA DIRECTION DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE
TEXTE : ASF AVEC LA NOTE DE PRÉSENTATION DE LA DCP – PHOTOS : DCP

Si vous passez du côté du marae Taputapuātea, arrêtez-vous quelques minutes pour découvrir les deux nouveaux panneaux d’information installés sur le site. La Direction de la culture et du patrimoine a choisi du bois de marumaru pour accueillir cette nouvelle signalétique et mettre en exergue la valeur universelle et exceptionnelle du site historique et culturel Taputapuātea-i-Ōpōa.

Du 19 au 22 novembre 2018, au moment même où, à Paris, l’Unesco (l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) officialisait le classement du paysage culturel Taputapuātea sur la liste du patrimoine mondial, une petite équipe de la Direction de la culture et du patrimoine se rendait à Raiatea pour suivre les travaux de mise en place et de pose de panneaux d’information à l’attention des visiteurs. Sur d’imposantes pièces de marumaru – fabriquées par Fenua Wood, et dont le bois provient des jardins de la DCP située à la pointe Nu’uroa à Punaauia –, une fine planche de mahogani a été fixée. Dessus, on peut y lire des textes gravés en tahitien, français, anglais et découvrir la représentation de la pieuvre mythique, Tumu Ra’i Fenua matérialisant l’expansion civilisatrice de Taputapuātea dans le Pacifique et les logos combinés de l’emblème du Patrimoine mondial et de l’Unesco. Deux logos obligatoires et indispensables sur toute la signalétique afin d’identifier très clairement le site comme bien inscrit sur la fameuse liste.

Aujourd’hui, lorsque vous arrivez sur le parking attenant au local administratif et d’accueil des visiteurs, un premier panneau vous informe en français et en anglais. Il rappelle que le paysage culturel Taputapuātea est inscrit depuis le 12 juillet 2017 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco « afin qu’il soit protégé au bénéfice de toute l’Humanité ». « Symbole des valeurs humaines et spirituelles des Polynésiens, ce site illustre de manière exceptionnelle mille ans de civilisation mā’ohi et témoigne des compétences extraordinaires de ce peuple en matière de navigation, franchissant de longues distances sur le Grand Océan à bord de pirogues doubles », précise-t-on encore sur le panneau.

Le deuxième écriteau, localisé sous les māpē faisant face au grand Tahua-marae Taputapuātea, est décliné en langue tahitienne et, comme le premier, met en exergue la valeur universelle exceptionnelle du site historique et culturel Taputapuātea-i-Ōpōa. Un site prêt à accueillir ses visiteurs.

DEUX LOGOS ET UNE SYMBOLIQUE FORTE

Les logos combinés apposés sur la signalétique sont l’emblème du Patrimoine mondial
et le logo de l’Unesco.

Le premier symbolise l’interdépendance des biens culturels et naturels : le carré central évoquant les résultats des compétences humaines, le cercle représentant la nature, les deux intimement liés.

Cet emblème sert à identifier les biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial et protégés par la convention du patrimoine mondial, mais il est, par-dessus tout, une représentation des valeurs universelles des Nations unies.

Le second, l’emblème de l’Unesco, est composé de trois éléments indissociables : le temple grec, le nom complet dans une ou plusieurs langues et un filet pointillé en progression logarithmique. Ce logo a pour objectif d’accroître la visibilité et le rayonnement de l’institution des Nations unies.

- Des "trésors" bien protégés (Hiro’a n°138 - Mars 2019) (à télécharger)