Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > Immersion dans la culture polynésienne à Papenoo (Hiro’a n°138 - Mars 2019)

Immersion dans la culture polynésienne à Papenoo (Hiro’a n°138 - Mars 2019)

Le centre culturel de Fare Hape se développe. Des fare, spécifiques aux différents aspects de la culture polynésienne, sont en construction sur le site...

-->


RENCONTRE AVEC YVES DOUDOUTE DE L’ASSOCIATION HAURURU ET BRENDA TAU, AGENT DE LA CELLULE DU DÉVELOPPEMENT CULTUREL DE LA DCP TEXTE : LUCIE RABRÉAUD - PHOTOS : ASSOCIATION HAURURU

Le centre culturel de Fare Hape se développe. Des fare, spécifiques aux différents aspects de la culture polynésienne, sont en construction sur le site. L’objectif : transformer le village en véritable centre de formation pour faire rayonner plus largement encore la culture polynésienne.

D’un petit village qui fait le lien entre la haute et la basse vallée, un lieu de partage et de passage, d’informations et de rassemblements, d’échanges culturels et de transmission, Fare Hape, situé au cœur de la vallée de Papenoo, va devenir un centre culturel d’immersion dans la culture polynésienne. Depuis plusieurs années, Yves Doudoute de l’association Haururu, pré- pare cette étape. La phase de construction a commencé. «  Il y aura plusieurs fare : le fare Rapa’au consacré à l’apprentissage de la pharmacopée, des massages, de la médecine traditionnelle, avec des docteurs européens et des tradipraticiens. Le fare ’Ā’ira ’Upu sera un lieu de recherches et d’études sur tout ce qui concerne les sciences, la langue, les concepts, la généalogie, la toponymie. Le fare ’Ōpūrei a pere abritera la pierre du même nom qui est un lieu de pèlerinage pour les Hawaiiens.  » Et tout autour : de la culture et de l’agriculture. L’idée pour l’association est d’offrir un lieu où on peut ressentir la vie des anciens Polynésiens. Simplement ressentir car « ce n’est pas une reconstitution du passé », assure Yves.

Dans un second temps, d’autres fare vont se construire, dédiés aux tatouages, à l’apprentissage de la sculpture, ou de la danse, la fabrication des costumes, de la musique Un véritable centre de formation. « Nous sommes en train de demander notre agrément au Sefi. Beaucoup de choses manquent pour l’apprentissage de la culture polynésienne ; nous allons essayer d’y répondre, au moins en partie. »

Notamment former des techniciens archéologues. Avec les découvertes régulières sur le lieu de sites historiques, ils auront un terrain idéal d’apprentissage. « Un patrimoine énorme disparaît sans que les gens ne se rendent compte. Il faut former des personnes capables de préserver les sites et de les expliquer. »

Pour les habitants de la Polynésie française, cela permettra de mieux comprendre la culture polynésienne et pour les touristes, le centre offrira un « dépaysement total ». « Nous voulons réussir à passionner les gens ! » Et pour Yves, beaucoup de travail reste encore à faire auprès des Polynésiens. « Nous voulons transmettre des valeurs, une façon de penser, amener les jeunes et aussi les moins jeunes à se retrouver. Il y a une acculturation manifeste. Nous sommes dans la mondialisation, séparés de nos racines. »

Le centre sera donc là pour rappeler la fierté polynésienne, et ce qui définit les Polynésiens. Fare Hape accueille déjà des étudiants de Hawai’i, venus en échange avec l’université de la Polynésie française ou encore des écoles, des associations. Ils viennent vivre avec les membres de Haururu, se plonger dans un autre temps pour être pleinement de leur temps. « C’est un vaste programme, un peu fou ! Mais ensemble, on va s’éclater, on va créer. Que ce soit avec des étudiants, des jeunes, des enfants, des adultes, des touristes ou des personnes de passage ! »

Ce centre d’immersion culturelle est porté par l’association Haururu et soutenu par les ministères de la Culture et de la Santé.

Pour mener ce projet, une première subvention d’investissement a été versée à l’association Haururu par la Direction de la culture et du patrimoine, de dix millions de Fcfp. Cette somme a permis le lancement des travaux pour la construction des fare. C’est également « la première subvention d’investissement versée à une association par la DCP », précise Brenda Tau, agent de la cellule du développement culturel en charge du traitement des dossiers de subventions aux associations.

PRATIQUE
􏰀Fare Hape - Tél. : 87 710 810 ou par email
à resa.haururu@gmail.com ou www.haururu.pf/fare-hape

- Immersion dans la culture polynésienne à Papenoo (Hiro’a n°138 - Mars 2019) (à télécharger)