Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > La vengeance de Mara’a (Hiro’a n° 105 - Juin 2016)

La vengeance de Mara’a (Hiro’a n° 105 - Juin 2016)


Situées à l’extrême limite de la commune de Paea, les grottes de Mara’a sont une halte incontournable. Hiro’a vous propose ce mois-ci de vous arrêter un peu sur leur histoire...

-->


RENCONTRE AVEC JOANY CADOUSTEAU, HISTORIENNE AU SERVICE DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE. TEXTE : VT.

Situées à l’extrême limite de la commune de Paea, les grottes de Mara’a sont une halte incontournable. Hiro’a vous propose ce mois-ci de vous arrêter un peu sur leur histoire et plus particulièrement sur le destin tragique de deux pêcheurs, Eteturi et Manai....

Mara’a s’étend de Teorootepuatea à Vainiania, elle a deux sommets montagneux : Mara’atau et Tufarari’i. Elle possède aussi une passe appelée Tahunaamarai qui permet aux embarcations de sortir du lagon. La légende veut que Mara’a ait été gérée par deux chefs, Tevahituaipatea, le plus important et Tetoofa, le chef arioi de Mara’a. Avec la population, ils se réunissaient au marae nommé Tuitui, à Teparauahui.

Un peuple solidaire

Mara’a signi e littéralement « soulevé ». Un nom qui a tout son sens quand on connaît son histoire. Une histoire contée en 1843 par Tamera, grand-prêtre. « Deux pêcheurs, Eteturi et Manai, quittent Mara’a pour une partie de pêche à Matahihae (actuel Teahupoo). Selon une coutume, le premier poisson pris doit être consacré au dieu tutélaire sur un marae. Les deux hommes trouvent dans la localité de Popoto un marae consacré à leur dieu tutélaire Tamatea. En chemin, ils rencontrent des amis auxquels ils proposent de partager leur repas. Eteturi utilise une partie du poisson réservé au dieu pour améliorer le festin. Les deux hommes reprennent ensuite la route pour le marae où l’offrande doit être faite. La population environnante accueille Eteturi et Manai, ils remettent leur o rande au tahu’a qui trouve le paquet bien léger. Ce dernier découvre la supercherie. Puisque les deux hommes ont mangé une nourriture consacrée au dieu, ils serviront eux-mêmes d’offrandes. Eteturi et Manai sont pendus près du marae de manière à ce que leurs corps ressemblent à des poissons. »

Lorsque les hommes de Mara’a apprennent le meurtre, ils décident de se venger et de punir les coupables. Ils préparent un grand repas auquel ils convient les habitants de Matahihae. Le soir venu, les invités ne se rendent pas compte du ava qui a été mis dans leurs boissons. Alors que les habitants de Matahihae sont profondément endormis, les hommes de Mara’a font brûler la maison arioi dans laquelle les invités dormaient. Personne n’en ressort vivant, excepté Rahero, le chef qui repart pour Teahupo’o annoncer le désastre. Pour ne pas avoir à faire face aux esprits des gens de Matahihae, les habitants de Mara’a font construire une autre maison arioi qu’ils appellent Apiriteohu. Eteturi et Manai ont ainsi été vengés par Mara’a.

- La vengeance de Mara’a (Hiro’a n° 105 - Juin 2016) (à télécharger)