Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > Les teintures naturelles (Hiro’a n° 97 - Octobre 2015)

Les teintures naturelles (Hiro’a n° 97 - Octobre 2015)

Les teintures sont l’une des nombreuses faveurs que la nature peut nous prodiguer. Encore faut-il savoir comment faire ! Voici quelques étapes simples à suivre pour obtenir du jaune, du violet, du rouge ou encore du vert, afin de parer vos draps, pareu, ou autres vêtements de couleurs 100% naturelles...

-->


PAR TOKAINIUA DEVATINE, ENSEIGNANT EN HISTOIRE ET CIVILISATION POLYNÉSIENNE AU CENTRE DES MÉTIERS D’ART, À PARTIR DES TRAVAUX DE DORIS MARUOI ET TUTANA TETUANUI-PETERS, ANCIENS AGENTS DE LA CELLULE ETHNOLOGIE ET TRADITION ORALE AU SERVICE DE CULTURE ET DU PATRIMOINE. TEXTE ET PHOTOS : VH.

Les teintures sont l’une des nombreuses faveurs que la nature peut nous prodiguer. Encore faut-il savoir comment faire ! Voici quelques étapes simples à suivre pour obtenir du jaune, du violet, du rouge ou encore du vert, afin de parer vos draps, pareu, ou autres vêtements de couleurs 100% naturelles.

Matériel :
1 récipient
1 penu
1 râpe
1 couteau
1 tissu de type pahi’i pour chaque couleur Des jeunes feuilles de papayer pour le vert Des fleurs de purau pour le violet
Des graines de mati pour le rouge Des feuilles de tou pour le rouge 1 racine de nono pour le jaune

Le vert
Couper la tige des jeunes feuilles de papayer (1), enlever les grosses nervures (2) et écraser les feuilles à l’aide du penu dans un contenant jusqu’à obtenir une réduction (3 et 4). Ajouter de l’eau de coco pour fixer la couleur (5), mélanger et écraser encore. Disposer la mixture dans un pahi’i et essorer (6 et 7). Votre teinture est prête ! (8)

Le violet
Retirer le pistil des fleurs de purau et disposer les fleurs dans un contenant (1). Les écraser à l’aide du penu jusqu’à obtenir une réduction (2 et 3). Ajouter de l’eau de coco (4), mélanger et écraser encore. Disposer la mixture dans un pahi’i et essorer (5). Votre teinture est prête ! (6)

Le rouge
Disposer les graines de mati et les feuilles de tou dans un récipient (1). Écraser le tout à l’aide du penu dans un contenant jusqu’à obtenir une réduction (2 et 3). Ajouter de l’eau de coco pour fixer la couleur (4), mélanger et écraser encore. Disposer la mixture dans un pahi’i et essorer (5 et 6). Votre teinture est prête ! (7)

Le jaune
Éplucher la racine de nono (1) et la râper dans un récipient (2). Ajouter de l’eau de coco pour fixer la couleur (3), mélanger et écraser (4). Disposer la mixture dans un pahi’i et essorer (5). Votre teinture est prête ! (6)
Par la même méthode, vous pouvez obtenir du jaune-orange avec du re’a tahiti.

Les teintures naturelles (Hiro’a n° 97 - Octobre 2015)(à télécharger)