Accueil > Français > Actualités > Edouard Fritch soutient l’inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’UNESCO

Edouard Fritch soutient l’inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’UNESCO

JPEG - 32.2 ko
© Présidence.pf

Une délégation polynésienne emmenée par Edouard Fritch , Président de la Polynésie française, Lionel Beffre, Haut-Commissaire de la République en Polynésie Française, et Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, a défendu mardi, à Paris, devant le comité national des biens français, le dossier de candidature à l’inscription du site de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco.

-->


extrait de l’article sur le site de la presidence.pf lien vers l’article

Une délégation polynésienne emmenée par Edouard Fritch , Président de la Polynésie française, Lionel Beffre, Haut-Commissaire de la République en Polynésie Française, et Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, a défendu mardi, à Paris, devant le comité national des biens français, le dossier de candidature à l’inscription du site de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco.

JPEG - 853.6 ko
© Présidence.pf

En octobre prochain, la France fera le choix ou non de porter le dossier. Le dépôt est prévu en janvier 2016, pour une décision définitive attendue fin 2017.

Ils étaient une trentaine d’experts, réunis dans la grande salle Malraux du ministère de la Culture et de la Communication , à l’occasion de cette audition présidée par Vincent Berjot, Directeur général des patrimoines, en présence notamment de Philippe Lalliot, Ambassadeur de France auprès de l’Unesco.

« J’y crois de tout mon cœur », a indiqué le Président Fritch au terme de l’audience qui aura duré trois bonnes heures. « Nous avons dit au comité combien l’inscription de ce site de Taputapuatea était essentielle pour la Polynésie française, la France et l’Océanie » a-t-il ajouté. Dans son esprit, la France trouverait d’ailleurs là une opportunité d’exister au travers de la culture océanienne.

JPEG - 885 ko
© Présidence.pf

Lors de ce « grand oral » tout à la fois politique et technique, la délégation polynésienne a présenté tous les atouts de son dossier. A commencer par sa dimension historique puisque le président Edouard Fritch a souligné que Taputapuatea n’était pas seulement le site le plus important de la Polynésie française, mais aussi celui de l’ensemble du triangle polynésien qui s’étend d’Hawaï à la Nouvelle-Zélande, en passant par l’île de Pâques. On parcourait parfois 5 000 km en pirogue pour rejoindre ce haut lieu maohi, sacré, carrefour politique, spirituel et culturel.

Sur les 39 sites français déjà classés par l’Unesco, seul un est d’outre-mer. En août 2010, les Pitons, cirques et remparts réunionnais, ont ainsi été inscrits sur la liste des biens naturels du patrimoine mondial. L’Etat, bien conscient de ce déséquilibre, souhaite y remédier.

« Notre Mecque à nous »

Heremoana Maamaatuaiahutapu a indiqué que la délégation était aussi venue demander conseil afin d’améliorer son dossier de candidature. Un dossier qui, selon le ministre de la Culture, a été « très apprécié ». Certains représentants de l’Etat se sont d’ailleurs dit impressionnés par la qualité de l’exposé et la charge émotionnelle qu’il portait. « Il est vrai que ce bien concerne l’ensemble du monde polynésien. Il est vivant. J’ai osé parler de lui comme de notre Vatican ou notre Mecque », a-t-il souligné.

Notamment en charge de l’Environnement, Heremoana Maamatuaiahutapu a précisé que cette audience avait révélé qu’il était nécessaire d’apporter des études complémentaires sur la faune et la flore. Ces études sont d’ailleurs en cours actuellement.

Le ministre de la Culture a particulièrement mis l’accent sur la nécessité qu’il y aura de bien gérer le flux touristique afin de préserver le site. L’inscription aurait, en effet, pour conséquence d’augmenter de 20% la fréquentation touristique. Il a enfin annoncé qu’une telle inscription permettrait la création de nombreux emplois pour les jeunes de Raiatea qui seront formés au métier de guide.

Ce classement en paysage culturel est d’autant plus espéré car il valoriserait à juste raison, dans le monde entier, la civilisation maohi qui s’est développée du 10è au 18è siècle.




Pour plus d’informations :

- "Tumu-Ra’i-Fena- Taputapuatea", fondation originelle polynésienne défendue pour sa valeur universelle exceptionnelle (Hiro’a n° 93 - Juin 2015)

- Raiatea : le Taputapuatea inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco ?

- Une étape franchie pour le classement du marae de Taputapuatea à l’Unesco

- Taputapuatea : " notre Vatican ou notre Mecque à nous" selon Heremoana Maamaatuaiahutapu

- Taputapuātea pourrait être classé à l’Unesco en 2016

- Vers une inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco

- Classement de Taputapuātea : deux experts en mission en février

- Taputapuatea : Édouard Fritch soutient l’inscription au patrimoine mondial

- L’heure du grand oral pour le marae Taputapuatea

- Taputapuatea, « un bien transpacifique »

- Le dossier Taputapuatea à l’UNESCO en juillet 2017

- Marae de Taputapuatea : l’inscription à l’UNESCO au coeur de la réflexion