Accueil > Français > Actualités > Te terera’a hope’a o te tahi ’aito no te hīro’a tumu mā’ohi

Te terera’a hope’a o te tahi ’aito no te hīro’a tumu mā’ohi


Te revara’a hōpe’a o te tahi ‘aito o te Hīro’a Tumu Mā’ohi : Duro Raapoto.

Te hina’aro nei te Pū o te Hīro’a tumu e te fa’atae atu i te tāpa’o aroha i teie taea’e ‘oia ho’i tei pāruru maita’i i te tī’ara’a pāpū o te nūna’a Mā’ohi.

JPEG - 20.1 ko
Duro RAAPOTO (copyright Tahiti infos)

Ua rau ho’i tōna ti’ara’a. ‘Aivana’a aravihi o te rēo Mā’ohi, e ta’ata papa’i parau āto’a ‘oia. Ua arata’i āto’a ‘oia i te tahi ‘avei’a i roto i te orara’a pōritita (‘Oia te tahi tei fa’ati’a i te pupu pōritita « Ia mana te nūna’a »), ua riro i muri iho ‘ei pou nō te Etaretia Evaneria nō Pōrinetia Farāni nei (‘o tei riro i teie mähana te Etaretia Pōrotetani Mā’ohi). Hau atu teie mau ti’ara’a, ‘e ‘aito pāruru pāpu i te Hīro’a Mā’ohi tei mātaro maita’i hia.

Ua mātau ato’a hia ‘oia nō te tahi mau parau pa’ari o tei ‘aueue i te hī’ora’a a te tahi mau ‘aivana’a nō te pae o te Hïro’a Mā’ohi. Te ‘ite nei ‘oia, te ha’afaufa’a ‘ore nei te nüna’a nō Porinetia i tōna Hïro’a e tōna ihoa tī’ara’a tā’ata Mā’ohi. Nō reira, i te rōara’a o tōna ōrara’a, ua ‘imi ‘oia i te mau rāve’a ato’a ia fa’afāriu te nūna’a Mā’ohi i tōna aro i ni’a i tōna parau nō te ha’amahuta fa’ahou ra’a i tōna hīro’a.
Ua ha’apurara ato’a ‘oia te tahi mau ha’api’ira’a huru rau.

‘Inaha, te mo’e nei te tahi ‘aito nō tātou. O te tahi ia ‘api parau tei piri, vaiho mai te tahi ‘api no te mau u’i ‘āpi i muri nei.

L’ultime voyage d’un défenseur de l’identité Mā’ohi : Duro Raapoto

Le Service de la Culture et du patrimoine tient à saluer et rendre hommage à ce défenseur de l’identité Mā’ohi.

Homme aux parcours exceptionnels, Duro Raapoto s’est investi dans plusieurs domaines, notamment celui de linguiste et celui d’écrivain engagé. Un temps politicien (membre fondateur du parti politique « Ia mana te Nunaa »), il est également un des piliers de l’Eglise Evangélique de la Polynésie Française (rebaptisée Eglise Protestante Mā’ohi). C’est en tant qu’avocat de l’identité Mā’ohi qu’il se fera connaître.

En effet, il est connu pour ses interventions « musclées » contre l’attitude passive de la population polynésienne concernant la culture et surtout l’indifférence vis à vis de son identité Mā’ohi. Toute sa vie a été tournée vers une revalorisation, une acceptation et une reconnaissance par les autochtones de la spécificité identitaire qui est la leur.

Ses œuvres reflètent entièrement ces convictions. D’ailleurs, en bon homme de conviction, ses prises de positions en faveur de l’identité polynésienne lui auront valu des critiques parfois difficiles qui l’ont amené à se retirer de certaines institutions culturelles.

Avec la disparition de cet Homme de Culture, une page se tourne laissant une nouvelle confiée à la garde de la nouvelle génération polynésienne.