Accueil > Français > Patrimoine Archéologique > Les MARAE en Polynésie > Les fata

Les fata



Sur tous les marae se trouvaient des plates-formes d’offrandes en bois où étaient présentées les nourritures destinées aux dieux. Cf. article, les éléments du marae.

JPEG - 497.6 ko
A Morai or burial place in the island of Yoole Etea. Parkinson 1769


« On offrait aux dieux, soit des bêtes entières, soit simplement quelques morceaux. Les fruits et les nourritures étaient presque toujours accommodés. Ils les préparaient sur un feu rituel à l’intérieur du temple et offraient des portions de volailles, de cochons ou de poissons, considérées comme sacrées : les restes étaient finis au cours d’un banquet réunissant les prêtres et les autres personnes sacrées qui avaient le privilège de consommer les offrandes ». (J. Morrison).

Il y en avait de grands, les fata rau, de 2 à 4m de longueur et de 1 à 2m de largeur, sur lesquels étaient déposés des cochons entiers et de grands poissons. Sur d’autres, plus petits, les fata a’ia’i, on ne présentait que les morceaux de choix.

L’installation de fata, à l’instar de toutes les autres constructions du marae s’accompagnait de rites : ainsi sous chaque poteau une ou deux feuilles de miro étaient enterrées. Les pieds de ces présentoirs étaient sculptés avec soin et la plate-forme, qu’elle soit ronde, carrée ou rectangulaire était ornée de feuilles de cocotiers disposées en « jupe » et entourée d’une ceinture de feuilles de miro. Le renflement sur les poteaux était destiné à empêcher les rats d’accéder à la nourriture.

JPEG - 690.1 ko
Cook assiste à un sacrifice humain à Pā’ea, Tahiti. Dessin de J. Webber. 1784

Cook assiste à un sacrifice humain à Pā’ea, Tahiti. Dessin de J. Webber.

JPEG - 9 ko
Fata, probablement poteau de plate-forme à offrandes de marae, Papara, Tahiti. Musée de Tahiti (Crédit photo MTI)


Fata : ce poteau, le seul à être parvenu jusqu’à nous, a été découvert à Papara (Tahiti). Il mesure 1m72. Il est conservé au Musée de Tahiti et des îles.

"L’autel principal recevait le corps de la bête offert en sacrifice alors que le coeur et les viscères étaient placés sur un plus petit autel, le fata aiai". W. Ellis.

JPEG - 268.9 ko
Fata à 2 pieds. Dessin du fata du marae sur lequel Cook assiste à un sacrifice humain


Deux tailles de tables d’offrande ont été identifiées : le fata rau et le fata a’ia’i. Le fata rau, de grande taille (jusqu’à 4m) était tapissé de feuilles de cocotiers et bordé de feuilles de miro, il était soutenu par des poteaux en bois. Situé dans la partie avant du pavage, il faisait face au ahu. Le fata a’ia’i, de dimension plus modeste, soutenu par un ou quatre pieds, avait une fonction plus personnelle et était associé à une structure funéraire (fare tūpāpa’u), située à distance du marae. (Panneau éléments d’un marae).

JPEG - 148.7 ko
Dessin du fata rau du marae Te Ara o Tahiti. W. Ellis


doc2856|center>
"Les offrandes étaient constituées d’oiseaux, de poissons , de bêtes de champs, des fruits et des objets de fabrication. On offrait aux dieux, soit des bêtes entières, soit quelques morceaux. Les parts destinées aux dieux étaient déposées sur le fata, autel fait de bois. La table de l’autel était supportée par quelques poteaux ou piliers en bois, souvent sculptés ou polis". W. Ellis.

JPEG - 416 ko
Fata rau du marae Taputapuatea, Pirae. W. Bligh. Mitchell Library


Fata rau : du marae de Taputapuātea, Pare. W. Bligh. Mitchell Library.
"Les autels étaient rituellement couverts de branchages sacrés et décorés d’une bordure ou frange de feuilles de plantain de couleur jaune vif". W. Ellis.

JPEG - 148.8 ko
Reconstitution d’un fata à deux pieds. Marae Arahurahu (Crédit photo SCP)


A Hawaii, de semblables présentoirs à offrandes se nommaient lele (Envol).

JPEG - 68.4 ko
Lele fata hawaiien Tiré de L. Choris, 1822
JPEG - 21.5 ko
Fata de Hawaii, Atooi


Ils avaient des formes différentes :
a. simple

JPEG - 11.7 ko
Lele (fata hawaiien)


b. double

JPEG - 16.2 ko
Lele (fata hawaiien)


c. à quatre pieds

JPEG - 20.6 ko
Lele (fata hawaiien)


Des gourdes étaient parfois placées sur les poteaux pour décourager les rats.

Sources iconographiques :

Banks, Webber, Hodges, Sporing, Parkinson
- JOPPIEN R. et SMITH B., 1988
The Art of Captain Cook’s voyages : volume 1, The voyage of the Endeavour, 1768-1771,
The Art of Captain Cook’s voyages : volume 2, The voyage of the Resolution & Adventure, 1772-1775,
The art of Captain Cook’s voyages : volume 3 (text and catalogue), The voyage of the Resolution & Discovery, 1776-1780.

Bligh
- LEE I., 1920
Captain Bligh’s Second Voyage to the South Sea, éd. Longmans Green and Co., London.