Accueil > Français > Sites historiques, archéologiques et légendaires. > Les sites archéologiques de ‘Ōpūnohu à Mo’orea > LES SITES ARCHEOLOGIQUES DE ’ŌPŪNOHU A MO’OREA > LES MARAE DITS ELEMENTAIRES ET LES PLATEFORMES DE CONSEIL

LES MARAE DITS ELEMENTAIRES ET LES PLATEFORMES DE CONSEIL

LES MARAE DITS ELEMENTAIRES

JPEG - 174.2 ko

Des structures élémentaires...
L’archéologue K.P. Emory est le premier à remarquer ces petits marae, qu’il nomme «  shrine  » (sanctuaire). Ces structures sont les plus nombreuses à Tahiti et Mo’orea (plus d’unecentaine répertoriée dans la vallée de ’Ōpūnohu).
Elles sont probablement la forme la plus ancienne des marae, avant que les hommes n’élaborent des temples plus grands et plus complexes, tels que les marae Ti’i-rua et Ahu ō Māhine.

Leur architecture est simple : un pavage de petite dimension, une ou plusieurs pierres
dressées, et pas de ahu construit. Un ti’i était fréquemment placé au centre, entre les pierres dressées. Il pouvait avoir la fonction de gardien du marae.

... aux fonctions variées

  • à proximité d’un marae important, ils ont pu servir de marae dédiés aux rituels protégeant le clan affilié ;
  • associés à des habitations simples, il s’agirait de petits marae tupuna (marae familiaux) ;
  • à côté de complexes agricoles, ils ont pu servir aux rites de fertilité ;
  • Il existait également des petits marae de tahu’a (spécialistes) : guérisseurs, pêcheurs,
  • navigateurs, artisans…
JPEG - 124.2 ko

PLATEFORME DE CONSEIL

Ces longues plateformes (tahua) sont retrouvées au sein de grands complexes cérémoniels.
Considérées comme lieu de rassemblement, ces structures témoignent de la présence d’une élite composée de chefs, de prêtres et de guerriers. Elles étaient probablement utilisées pour les délibérations politiques et les décisions sur la vie communautaire.