Accueil > Français > Sites historiques, archéologiques et légendaires. > Les sites archéologiques de ‘Ōpūnohu à Mo’orea > LES SITES ARCHEOLOGIQUES DE ’ŌPŪNOHU A MO’OREA > LA VALLEE DE ’ŌPŪNOHU, UN HAUT-LIEU CULTUREL

LA VALLEE DE ’ŌPŪNOHU, UN HAUT-LIEU CULTUREL

LA VALLEE DE ’ŌPŪNOHU, UN HAUT-LIEU CULTUREL

JPEG - 161 ko

‘Ōpūnohu est une vaste et fertile étendue verdoyante qui occupe tout le cratère effondré de l’ancien volcan. Dans ce cadre naturel exceptionnel se côtoient aujourd’hui plusieurs zones d’intérêts : des vestiges anciens, des parcelles agricoles, d’élevage, d’aquaculture, des centres d’enseignement et de recherche, de sport et de tourisme.

Hier, un espace vivant
Les vallées des Iles de la Société étaient beaucoup plus peuplées avant l’arrivée des Européens.
Imaginez ce lieu animé de toute l’activité humaine engendrée par un peuplement dense : la vie d’une maisonnée, le travail de la terre, une cérémonie sur le marae, le rassemblement de chefs et de guerriers... Telle était la vallée de ‘Ōpūnohu : un espace de vie sociale et un sanctuaire en plein air.

Plus de 550 structures y ont été répertoriées, avec une grande variété de marae (temples), d’anciens sites d’habitat, des paepae (plateformes), des terrasses de cultures et des plateformes d’archers. Au XVIIe siècle, la vallée a été divisée en deux mata’eina’a iti (sous-districts) : à l’ouest, Amehiti possède les structures les plus anciennes ; à l’est, Tupauruuru, les sites archéologiques les plus grands et les plus élaborés.

Travaux archéologiques
La vallée de ‘Ōpūnohu est l’une des plus étudiées de Polynésie française, en partie grâce à Medford Kellum, propriétaire du domaine de 1925 à 1962, qui a su préserver ces vestiges.

C’est à Kenneth P. Emory que l’on doit, dès 1925, les premières investigations archéologiques de surface. Dans les années 1960, Roger C. Green reconstitue l’histoire ethno-archéologique qui permet d’affirmer que la vallée a été habitée de façon continue pendant six cents ans au moins.

C’est le début d’une longue série d’études qui permet de mieux comprendre la société d’autrefois.

Séquence d’occupation
Pré-‘Ātiro’o - 600 - 1000 - Occupation du littoral, peu d’installations dans la vallée ou de modifications environnementales.

Essor - ‘Ātiro’o - 1000 -1650 - Expansion intérieure significative, apparition et développement d’un système horticole intensif ; déforestation et modifications notables de l’environnement.

Essor - 1400 - 1500 - Construction des premiers marae.

Apogée - Mārama - 1650 - 1788 - Conquête de la vallée par le clan Mārama ; construction de la plupart des grands sites cérémoniels à Tupauruuru.

Māhine - Vers 1770-1790 - Règne de Māhine

Pōmare - 1788 - 1815 - La vallée devient le refuge pour les populations refusant la conquête européenne et l’évangélisation. Au début du XIXe siècle, la population rejoint le littoral où sont établies les missions religieuses.

Le site archéologique
Il s’agit de l’un des nombreux sites cérémoniels de la vallée. Ils ont été restaurés en 1969 sous la direction du Dr. Yoshihiko Sinoto (Bishop Museum) et par le Pays en 2012.

JPEG - 226.3 ko

Autres articles de la même rubrique à consulter :

- LE MARAE DE LA TERRE TI’I-RUA

- LE MARAE AHU-Ō-MĀHINE

- LE MARAE DE LA TERRE FARE-’AITO

- PLATEFORMES DES ARCHERS

- LES MARAE DITS ELEMENTAIRES ET LES PLATEFORMES DE CONSEIL

- OISEAUX, ARBRES ET MARAE

- CHANT DE LOUANGES DES MARAE

Autres articles disponibles dans le Hiro’a :

- La vallée d’Opunohu fête sa renaissance (Hiro’a n° 64 - Janvier 2013)

- La vallée de Opu-nohu : la fertilité en héritage (Hiro’a n° 56 - Mai 2012)

- La vallée d’Opunohu, un trésor bien gardé (Hiro’a n° 39 - Décembre 2010)

A lire également :

- L’histoire des marae

- Les éléments du marae

- Les constructions en bois

- Fare va’a, les hangars à pirogues

- Les fata

- Les unu

- Les arbres

- Lien vers les anciens panneaux du site de ‘Ōpūnohu