Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > La langue, âme et miroir des polynésiens (Hiro’a n° 73 - Octobre 2013)

La langue, âme et miroir des polynésiens (Hiro’a n° 73 - Octobre 2013)



SOURCE : WWW.CULTURE-PATRIMOINE.PF

La culture polynésienne s’exprime dans des langues multiples qui véhiculent un patrimoine culturel immatériel pluriséculaire. Mais pas seulement : les langues, et plus particulièrement le reo ma’ohi, ont évolué et se sont enrichies d’un vocabulaire adapté à la vie moderne. Une évolution salutaire à laquelle Maco Tevane, fervent défenseur du tahitien disparu le 21 août dernier, a largement contribué. Hommage.

« Dans notre culture, par exemple, nous le savons tous, le cocotier est l’arbre de vie par excellence. Notre langue nous permet de distinguer sept stades de maturité de son fruit par des mots différents*. » Ces simples lignes écrites par Maco Tevane en disent long sur la richesse et la vitalité du reo ma’ohi, contenant en son sein la description et l’expression de la connaissance d’un environnement et d’une culture uniques. Mais pas seulement…

« Un rempart contre la banalité »

La Polynésie française compte encore aujourd’hui différents parlés : tahitien, marquisien (2 variantes) , pa’umotu (7 variantes), rurutu, raivavae, rimatara, tupua’i, rapa et mangarévien.

La persévérance des langues polynésiennes à se maintenir en vie, malgré la prédominance du français, indique qu’elles sont bien plus qu’un simple moyen de communication orale. Chacune d’entre elles énonce une vision du monde enracinée dans un lointain passé, dont elle véhicule les savoirs, les mémoires et l’identité.

« Je pense à tous ces mots qui, comme ’ai’a, fenua, aroha, tupuna sont chargés de valeurs, de symboles et d’émotion, qui parlent à nos cœurs, donnent un sens à la vie et dont l’oubli laisserait un grand vide, aussi vaste que notre grand océan, écrit Maco Tevane. La langue, ne l’oublions pas, est un des chaînons qui nous relie à notre passé et à nos origines, c’est un patrimoine que nous ont légué nos ancêtres et que nous devons préserver pour qu’à notre tour, nous le léguions à nos enfants. Elle est un rempart contre la banalité de la culture uniformisante qui nous envahit de plus en plus, et de jour en jour. »

Une langue à enrichir

Maco Tevane, président de l’Académie Tahitienne – Fare Vana’a** depuis sa création en 1974 à laquelle il a activement participé, entendait par là redonner au reo ma’ohi toute son ampleur, pour rappeler que la reconnaissance de la pluralité linguistique n’est pas seulement un enjeu pour l’éducation et la création artistique, mais pour tous les aspects de la vie culturelle et sociale.

L’Académie a en effet pour mission la « sauvegarde mais aussi l’enrichissement de notre langue vernaculaire », soutient-il. Lui qui avait été journaliste sur la station locale ORTF à partir de 1967 était bien placé pour savoir qu’il fallait « trouver les termes nouveaux qui manquent pour désigner tout ce qui n’existait pas encore dans l’expérience du Polynésien ».

Plus tard, en 1978, Maco Tevane insistera d’ailleurs pour obtenir une amélioration des tranches horaires d’émissions en langue tahitienne à la télévision, ouvrant ainsi la voie à plusieurs générations de journalistes bilingues.

Aujourd’hui, le reo ma’ohi s’est progressivement accommodé de toutes sortes de nouveautés (juridique, administrative, politique, économique, etc.) à qui il a trouvé des noms et équivalences… Un travail qui se poursuit et se poursuivra toujours, pour que vivent les langues et, avec elles, la culture polynésienne d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

QUELQUES EXEMPLES DE MOTS TAHITIENS CONTEMPORAINS

• Il y a plusieurs façons de créer des mots à partir d’un modèle connu tels que :
Fare : la maison / Fare auri : la maison de fer, autrement dit la prison / Fare ma’i : la maison des malades (hôpital), etc.
Pua’a : le cochon / Pua’a horo henua : cochon qui court sur la terre (cheval) / Pua’a niho : cochon aux bonnes dents (chèvre)

• Par sémantique :
Avion : manureva, « oiseau qui vole ou oiseau du ciel » / Télévision : afata teata, « boîte à théâtre »

• Nouveaux mots (néologismes)
Dictionnaire : titionare/ Grammaire : tarame/
Philosophie : firotofo

• En tahitianisant directement le mot à partir de l’anglais ou du français comme pour :
Bible : pipiria / Book (livre) : puta / Arachide : aratita

Merci à Joseph Tchong pour sa contribution

* « Le reo ma’ohi, l’Âme des tahitiens » : discours tenu par Maco Tevane aux membres de l’Association des Médias des îles du Pacifique (PINA), le 15 décembre 1998, à l’Université française du Pacifique, Tahiti. (Source : Tahiti Pacifique magazine, n° 95, mars 1999). Vous pouvez lire l’intégralité sur http://www.culture-patrimoine.pf/spip.php?article446 :
** Les deux objectifs que s’est fixé immédiatement l’Académie Tahitienne :
« - L’abrogation du décret du 11 décembre 1932 qui interdisait toute publication en tahitien sans être accompagnée de sa traduction en français, afin que l’Académie puisse remplir une de ses missions statutaires essentielles, à savoir favoriser la publication d’ouvrages rédigés en langue tahitienne. - L’application de la loi relative à l’enseignement des langues et dialectes locaux afin de permettre l’enseignement du tahitien dans les programmes scolaires et, ainsi, de faire un premier pas vers un enseignement plus adapté aux élèves de notre Pays. »

- La langue, âme et miroir des polynésiens (à télécharger)

JPEG - 23.7 ko