Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > Dessiner le patrimoine (Hiro’a n° 47 - Août 2011)

Dessiner le patrimoine (Hiro’a n° 47 - Août 2011)

JPEG - 35.3 ko

Ruddy Tevivi est un dessinateur d’un genre peu connu : il dessine les objets relevés lors des fouilles archéologiques, et ce depuis 1976 ! Les illustrations pédagogiques qu’il réalise permettent de mettre en évidence l’argumentaire des rapports de fouilles avec justesse et précision.

-->



RENCONTRE AVEC RUDDY TEVIVI, TECHNICIEN EN ARCHÉOLOGIE.

Ruddy Tevivi est un dessinateur d’un genre peu connu : il dessine les objets relevés lors des fouilles archéologiques, et ce depuis 1976 ! Les illustrations pédagogiques qu’il réalise permettent de mettre en évidence l’argumentaire des rapports de fouilles avec justesse et précision.

Il existe différentes méthodes pour le dessin archéologique. Celle de Ruddy Tevivi consiste à placer l’objet entre deux morceaux de bois recouverts d’une plaque de verre sur laquelle il pourra dessiner avec précision les différentes lignes de l’objet, qu’il reproduit ensuite sur papier-calque.

Ruddy Tevivi s’est formé à l’archéologie il y a plus de trente ans, avec des archéologues bien connus en Polynésie (Michel Orliac, Jean-Michel Chazine, Nicole Pigeot, Christophe Galipaud, Emmanuel Vigneron, Yosi Sinoto …). « J’ai appris la méthodologie des fouilles, des restaurations mais aussi du dessin scientifique, explique-t-il. Personne n’en faisait et cette partie du travail m’a intéressé, j’ai donc continué. » L’illustration des relevés de fouilles, le plus souvent de l’outillage (hameçons, herminettes, pilon, poids de pêche, mais aussi sur le terrain marae, plateformes d’archers, paepae, etc.), permet de s’en faire une idée précise. Car la description écrite des fouilles, aussi explicite soit-elle, ne permet pas de « montrer » ce qu’elle définit ! D’autant que les documents sont souvent utilisés par des chercheurs ou des étudiants : le dessin leur permet de mieux visualiser le travail et leur donne une information concrète, sans ambiguïté.

Dessin versus photographie

Aujourd’hui, on pourrait imaginer que la photographie a remplacé le dessin scientifique. Et bien non ! « Ces deux procédés sont complémentaires, affirme Ruddy. Une photo ne rend pas compte de l’échelle réelle de l’objet, contrairement au dessin. Celui-ci peut aller au-delà de ce qui est directement perçu, en valorisant les détails et les différentes coupes. L’illustration archéologique nécessite de bien connaître la fonction des objets pour être le plus juste possible. » Le dessin est donc un outil indispensable pour la présentation des études archéologiques ainsi que pour leur archivage, grâce à sa capacité à identifier les objets de la manière la plus explicite qu’il soit.

- Dessiner le patrimoine (à télécharger)

JPEG - 35.3 ko