Accueil > Français > Actualités > Le SCP et le mouvement pour la protection des langues polynésiennes « Lève-toi pour ta langue » « ‘A ti’a no to ‘oe reo »

Le SCP et le mouvement pour la protection des langues polynésiennes « Lève-toi pour ta langue » « ‘A ti’a no to ‘oe reo »



I te ‘ömuara’a nö te ‘äva’e tiunu, mai te ‘anapa uira ra te parau ‘äpï i te ma’irira’a mai i ni’a i te nuna’a Mä’ohi ë : ‘ua fa’a’orehia nä mua, ë, ‘ua fa’ataimehia nä muri mai, te täpurara’a i’oa ö te mau pïahi e titau ra e tata’u nö te parau tü’ite teitei nö te ha’api’ira’a i te mau reo Mä’ohi, pi’ihia te « CAPES ».

JPEG - 1.2 Mo
Te nuna’a i ti’a mai

‘Ua tupu te ahoaho i roto roa i te mau ‘utuäfare. I muri i te reira, ‘ua ti’a te mau pïahi ‘o tei ineine roa nö taua täpurara’a i’oa ra ‘e tä rätou ato’a mau ‘orometua i pïha’i iho iä rätou. Ë, nä muri atu iä rätou, te mau Väna’a nö nä fare e toru : tö Tahiti, tö te Fenua Enata, tö te Tuämotu, te Fa’aterera’a Hau nö te ta’ere ‘e te faufa’a tumu ë te mau piha toro’a atoa tä na e ti’a’au ra, te mau ta’atira’a päruru i te mau reo Mä’ohi, te mau ta’atira’a e ha’a ana’e ra nö te ta’ere, te mau pupu ‘ori ë, rave rau noa atu…
I töna pae ë, nä ni’a i tö na ti’ara’a töro’a päruru, ha’afaufa’a ‘e fa’afa’a’ite i te mau reo tumu ö te Fenua nei, ‘ua ‘äfa’i atu te Pü nö te ta’ere ‘e nö te faufa’a tumu i tä na turura’a rü nä roto i te ha’api’ira’a ‘e te fa’a’otora’a i te hïmene i ma’irihia : Tö ‘u reo ‘o tei päpa’ihia ‘e te rohipehe tuiro’o ra Patrick AMARU täne ‘e tä-reo-hïmene-hia ‘e Teva PANI täne. E taime poto roa i te ha’api’ira’ahia taua hïmene ra, ‘ua roa’a rä i te hïmene-tämu-‘ämui-hia i te roara’a nö te avatea mahana toru 15 nö tiunu i ni’a i te tahua Taraho’i ‘ei fa’aitoitora’a i te mau titaura’a tano ä te mau pïahi.

JPEG - 629.4 ko
Te tomite i muri a’e i te farereira’a ’e te Tomitera teitei

Nö te fa’anahora’a ‘A ti’a nö tö ‘oe reo, e fa’atupuhia ra i te mahana mä’a 25 nö tiunu i roto i te ‘Äua ori-haere-ra’a nö Pa’ofai, nä muri i te mau Ti’a arai nö tö tätou mau reo ‘e nö te ta’ere Mä’ohi, të ha’apa’o nei te Pü nö te ta’ere ‘e nö te faufa’a tumu i te fa’ataera’a i te mau titau-manihini-ra’a ä te Tomite fa’aineine i taua fa’anahora’a ra, i rotopü i te mau ta’atira’a ato’a nö te mau ta’amotu täta’i tahi ö te Fenua nei, ‘ia ‘ämui tahi tö rätou mau mero i roto i te mau ha’aputuputura’a ato’a e fa’anahohia nö taua tumu ‘öhipa ra i roto i tö rätou mau motu täta’i tahi.

- Télécharger le document Titaura’a Pü nö te ta’ere ‘e nö te faufa’a
tumu

JPEG - 514.8 ko
Délégation à la sortie de la rencontre avec le président du Pays

Au début du mois de juin, tel un coup de foudre qui s’échoit sur le peuple Ma’ohi l’information sur la suppression d’abord, la mise en instance après, des inscriptions au CAPES de Reo Ma’ohi suscite le ressentiment dans les maisonnées. Puis au niveau des étudiants méritant en hâte de leur inscription sur la liste des postulants à ce haut diplôme de l’apprentissage de nos langues.

JPEG - 464.4 ko
Si jeune et concernée !

A leur suite les Académies (Tahitienne, Marquisienne, Paumotu), l’administration culturelle, les associations de protection des langues polynésiennes, les associations culturelles, les groupes de danse, etc…
En ce qui concerne le Service de la culture et du patrimoine, dont une des missions consiste à préserver, valoriser et veiller au rayonnement des langues polynésiennes, à pour sa part contribuer en apportant les paroles du chant : « To’u reo » composé par l’éminent auteur et enseignant de Reo tahiti : M. Patrick AMARU sur un air de l’auteur compositeur bien connu : M. Teva PANI et en l’apprenant à ceux qui voulaient entonner cet air chaque fois que nécessaire en cet après midi du mercredi 15 juin sur la place Taraho’i pour soutenir la revendication légitime des étudiants.

JPEG - 541.3 ko
Des postulantes au CAPES ?

Pour l’évènement « A ti’a no to ‘oe reo » de samedi 25 juin 2011 dans les jardins de Paofai, auprès de tous les défenseurs de nos langues polynésiennes et par là même de la Culture Ma’ohi, le Service de la culture et du patrimoine relaie l’invitation faite par les membres du mouvement à toutes les associations culturelles de tous les archipels pour que leurs membres se joignent aux rassemblements prévus à cet effet dans leurs îles respectives.

- lien vers l’article A Ti’a Mai No To Oe Reo