Accueil > Français > Actualités > JOURNEE POLYNESIENNE SUR LES SAVOIRS ANCESTRAUX

JOURNEE POLYNESIENNE SUR LES SAVOIRS ANCESTRAUX


Jeudi 25 novembre 2010, le Service de la culture et du patrimoine (SCP) a participé à la journée polynésienne axée sur les savoirs ancestraux, organisée par l’école primaire du Sacré-cœur de Taravao, à Motu-‘ovini dans l’enceinte du jardin botanique et du musée Gauguin à Papeari.
A l’issue de journées d’apprentissage des savoirs-faires au sein de leur établissement scolaire, 09 classes rassemblant 270 élèves du cycle 03 ont rivalisé d’adresse au cours de la restitution des connaissances, tant au niveau théorique que pratique. Sous la direction de leur enseignant respectif en présence de la directrice de l’école, des agents du Service de la culture et du patrimoine et de quelques parents, les élèves ont ouvert leur journée par un mave, un himene ruàu et une danse mimant la fabrication du tapa.
Les agents du SCP : Tutana, Doris, Edmée ont pu apprécier la réussite de la transmission des savoirs traditionnels auprès de ces élèves qui ont expliqué, fabriqué, montré, offert un souvenir de l’atelier qu’ils ont animé sans gêne aucune, face à leurs camarades et sous l’œil de la caméra de Hiro assisté de Hereiti.
Différents ateliers ont été préparés. Pour certains d’entre eux, des panneaux explicatifs et abondamment illustrés ont été apportés et exposés par le SCP, tandis que dans leurs stands respectifs, les élèves ont affiché des données issues de leurs travaux sur l’activité qu’ils ont présentée, à savoir :


- Ateliers 1 et 2 : La confection d’un aéroglisseur miniature – Te hamanira’a titiraina
Ces stands ont été tenus par des élèves des classes de CE2/A et B de Mme Yvette BERNIERE et de M. Maxime MAONI . Deux classes pour une même activité parce que :

JPEG - 989.4 ko
Le prix du concours de dessin

-  l’une a mimé par les gestes et la démonstration de la fabrication du jouet au son d’un discours au rythme entraînant (un pata’uta’u ) dont les mots expliquaient ces gestes. Cette classe-ci a aussi mis en jeu une pirogue miniature pour récompenser le plus beau dessin d’un concours qu’elle a mis en place. En outre, elle a offert une dégustation de fruits aux élèves visiteurs de ce stand.

-  l’autre s’est appliquée à montrer, en un tour de main, la fabrication effective d’aéroglisseur miniature appelé titiraina .


- Atelier 3 : Le battage des percussions – Te ta’irira’a to’ere

JPEG - 716.5 ko
Atelier de percussions

La technique de la transmission a aussi été appliquée dans la classe de CE2/C par M. Augustin ETILAGE, parent d’élève résidant à Faaone. Concrètement, les élèves de Mme Délia ROUX suppléée par M. René MAUFENE ont invités leurs camarades visiteurs à « jouer » du to’ere en mélodie. Puis ces derniers ont été installés au battage proprement dit des percussions. De loin, on aurait cru entendre des initiés du Conservatoire artistique de Polynésie.


- Atelier 4 : Le tressage de collier en ‘Auti (Cordyline terminalis) et d’un sous-plat en Ni’au (Cocos nucifera) – Te tavirira’a hei ‘Auti e te ha’unera’a fari’i ma’a Ni’au

Le tressage a été, est et sera une activité quotidienne dans la vie du Polynésien. De la journée d’initiation à celle-ci, en s’appliquant toujours à faire ce qu’il leur est demandé, les élèves de la classe de CM1/A de Mme Marie-Augustine TATARATA ont bien défendu leur art. Ils ont eu la même docilité lors de l’ouverture de la journée en présentant le Mave ainsi qu’une danse de guerriers marquisiens.

JPEG - 980.9 ko
Tressage de ni’au

- Atelier 5 : La préparation de bananes sauvages vertes – Te tunura’a Fe’i pi (Musa troglodytarum)


Spécialité culinaire de Punaauia, la préparation de ce mets recueilli il y a plusieurs années, a été transmise à l’apprentissage des élèves pour la première fois. Ce sont les élèves de la classe de CM1/B de Mme Isabelle MICHEL qui se sont exercés à la préparation de cette recette.
Malheureusement, à la journée de présentation du travail de sa classe, Mme MICHEL a eu un ennui de santé, l’empêchant d’y participer. En conséquence, c’est Mme Lilen JOHNSTON, Directrice de l’école qui l’a remplacée auprès des élèves qui ont bien sûr tout retenu de l’histoire et de la préparation de ce mets spécial de Fe’i vert qui une fois pilé après la cuisson, a le même goût que le ‘Uru , Fruit de l’arbre à pain, Artocarpus incisa (Artocarpus altilis).


- Atelier 6 : La préparation des bananes vertes râpées – Te tunura’a Mei’a ‘ui (Musa paradisiaca)

Regroupés par demi classe autour de leur maîtresse Melle Namoure CRIDLAND, les élèves de CM1/C ont expliqué puis se sont appliqués à confectionner ce plat un peu particulier comme le précédent. Les bananes vertes de la variété Hamoa ont été pelées puis râpées dans du lait de coco et additionné de sucre roux ou de miel. La pâte ainsi obtenue a été prélevée par petites quantité dans le creux de la main puis déposée sur des feuilles de Purau (Hibiscus tiliaceus) ; le tout a été attaché avec une cordelette de Purau avant d’être mis à cuire dans de l’eau bouillante.


- Atelier 7 : La fabrication de teintures végétales – Te hamanira’a ‘u

La fabrication des teintures végétales est, de toutes les activités envisagées celle qui a nécessité le plus de travail. Cela a débuté par la récolte des végétaux (feuilles, fruits, graines, racines, rizhômes) en passant par le matériel à rassembler (pilons, ‘umete , récipients et étoffes pour récupérer la teinture) enfin, les fibres ou étoffes à teinter…

JPEG - 869.8 ko
Les différents coloris de teintures

Sans compter les mains qui ont été bien imprégnées de ces teintes aussi longtemps que le son de la conque a indiqué l’arrivée de nouveaux visiteurs dans l’atelier. Et c’est la classe de CM2/A de Mme Vaite TARAIHAU qui a choisi cette activité. Une classe qui n’a pas mis longtemps à se prendre en charge pendant la phase de transmission et qui a toujours su bien faire pendant la journée de leur fête.


- Atelier 8 : La confection de l’étoffe végétale – Te tutura’a tapa

JPEG - 980.1 ko
Démonstration de confection du Tapa aux élèves

Qui pour expliquer et montrer les différentes étoffes, qui pour montrer la préparation des écorces, de l’écorçage au battage. Tout au long de la journée, les élèves de la classe de CM2/C de Mme Marie PELLEMANS ont montré le maniement du battoir sur les enclumes en bois ou en pierre et fait découvrir à leurs camarades comment une écorce d’arbre est devenue un tissu.


- Atelier 9 : La course des porteurs de fruits – Te fa’ahorora’a maiho’a ma’a

Une tradition du Tiurai d’autrefois, ce sport n’a pas démérité à notre époque. Avec l’aide de leur maître M. Tamahau TRIPONEL, les élèves de la classe de CM2/B ont préparé et animé ce stand qui n’a pas manqué d’amuser participants et spectateurs.
De plus, M. TRIPONEL a aussi eu la charge de veiller et de sonner le début et la fin du quart d’heure des tournées dans les stands, à l’aide d’une conque.

JPEG - 855 ko
Course de porteurs de fruits


Durant la journée, deux ou trois pauses ont été marquées (aux heures normales de la récréation), pour re-motiver les équipes ou détendre les élèves par une halte, assis par terre. La pause déjeuner à prendre à l’ombre des arbres sur un espace où souffle le vent venant du large, a été la plus attendue. Des plats de féculents du Fenua ( taro, ‘umara, ‘uru , manioc), un plat de viande (du poulet fafa ), des fruits et autres pâtisseries comme desserts ont composé le menu. De plus, une petite prestation de danse réalisée par les filles de la classe de M. TRIPONEL a été exécutée pour agrémenter cette pause déjeuner.
Ensuite, les élèves ont reformé leurs groupes et celles qui ont assumé la transmission dans la matinée ont pris le chemin des visites de stands tandis que les élèves visiteurs de la première période sont devenus les élèves transmetteurs de cette seconde partie de la journée.
A 14H30, au coup de conque, tous les élèves ont rejoint leurs stands respectifs où ils ont procédé au ramassage, au rangement de toutes leurs affaires et au nettoyage de leur lieu d’implantation d’un moment sur ce merveilleux site de Motu-‘ovini.
A 15H00, un grain accompagné de pluie est tombé sur le site au moment où les élèves et leurs accompagnateurs atteignaient les bus qui devaient les ramener à leur école de Taravao. De leur côté les agents du SCP se sont félicités de cette journée au cours de laquelle ils ont pu contempler avec attendrissement la réussite de la transmission des savoirs-faire et savouré à la joie de la relève assurée.


Mauruuru nui i te mau tamari’i ha’api’i ‘e i te mau ‘orometua.