Accueil > Français > Actualités > BILAN SUCCINCT DE LA SECONDE MISSION ARCHEOLOGIQUE « EIAO.2010.2 »

BILAN SUCCINCT DE LA SECONDE MISSION ARCHEOLOGIQUE « EIAO.2010.2 »

Michel CHARLEUX de retour de EIAO nous présente un bilan succinct de la seconde mission archéologique « EIAO.2010.2 ».


« EIAO.2010.2 » était la seconde mission archéologique à être menée cette année sur la petite île marquisienne de Eiao.
Rendue possible grâce à une subvention accordée par le Ministère de la Culture du Pays sous couvert du Service de la Culture et du Patrimoine, à l’octroi de deux CDL (Subdivision Administrative Etat des Marquises) et à la mise à disposition de deux CPIA par les associations de Nuku-Hiva, Te Hina o Motu Haka et Comothe, elle a séjourné sur l’île du 24 Septembre au 16 Octobre. L’importante réserve d’eau stockée à l’abri sur le plateau Tohuanui à l’issue de la première mission fut particulièrement utile.

JPEG - 33.2 ko
Le bivouac spartiate de EIAO.2010.2 © Michel Charleux


Bénéficiant d’une météo assez bonne, mais avec des vents souvent violents qui soulevaient une poussière permanente et créaient une désagréable sensation de froid, elle visait à poursuivre les recherches entreprises lors de la première expédition.

JPEG - 51.7 ko
Chaque soir, il fallait inventorier les pièces recueillies © Fred Jacq


En particulier, était programmée l’extension de la fouille sur le site nouvellement mis au jour D6.031 déjà noté pour l’abondance des éclats recouvrant sa surface. Un sondage S1 y avait mis au jour ce que l’on pensait être le quart prometteur d’une fosse de déjection de taille et façonnage d’herminettes.

JPEG - 38.2 ko
Le sondage n° 1 sur le site MEI.D6.031 a révélé une profonde fosse de déjection © Michel Charleux


Mais la fouille du premier mètre-carré contigüe au sondage réserva une grosse surprise : la fosse se révéla beaucoup plus importante, recoupée par une seconde fosse plus petite, de forme allongée avec un axe de près de 150 cm et une profondeur de 60 cm. L’intégralité des éclats mis au jour au cours de cette fouille a été recueillie et fera l’objet d’une étude afin de tenter de déterminer les chaînes opératoires.

JPEG - 36.3 ko
Mur construit sur MEI.D6.029. Fosse n° 3-Ce mur imposant protège le lit du torrent aujourd’hui à sec © Michel Charleux


Avec un temps de séjour limité, et devant la masse d’éclats recueillis (environ 850 kilogrammes/25 à 30 000 éclats), il a semblé plus sage de ne pas fouiller les deux autres mètres-carrés qui contiennent – du moins le pense-t-on – l’autre partie des fosses, peut-être beaucoup plus développée qu’on ne l’imagine.

JPEG - 30.7 ko
A la fin de EIAO.2010.2 il a fallu emballer soigneusement les sacs contenant les 20 ou 25 000 éclats de basalte © Michel Charleux


Quatre jours ont été consacrés à la fouille d’un mètre-carré sur D6.029.F3 (site que Barry Rolett suppose être la carrière) où une couche d’éclats épaisse d’environ 10 cm surmontait une couche d’argile rouge d’étendue limitée et manifestement d’origine humaine.

JPEG - 31.6 ko
MEI.D6.029. Fosse n° 3-Sur une zone limitée, présence d’une couche d’argile rouge surmontée d’une couche de 10 à 15 cm d’éclats © Michel Charleux


Conjointement, les charbons de bois mis au jour au cours des fouilles ont été recueillis et de nouveaux prélèvements ont été réalisés dans les coupes naturelles de D6.029.F2. Ils complèteront les datations obtenues à partir des échantillons recueillis lors de la première mission.

JPEG - 42.6 ko
MEI.D6.029. Fosse n° 2-Accumulation d’éclats de taille et de blocs de basalte © Michel Charleux


Ce séjour fut également l’occasion de se pencher de nouveau sur la question controversée du lieu d’extraction du basalte à grain fin. L’étude attentive des fosses constituant le site D6.039, a permis de conclure à l’antériorité de la fosse supérieure F1 sur la fosse inférieure F2. Moins profonde que la seconde, un sondage y fut réalisé mais, contrairement à celui pratiqué dans cette dernière, ne rencontra aucun indice (éclat ou charbon de bois) d’activité humaine.

JPEG - 38.3 ko
MEI.D6.029. Fosse n° 2 et ses épaisseurs de 235cm d’éclats. On remarque le niveau où ont été récupérés force charbons de bois © Michel Charleux


Un dyke altéré est visible sur la partie supérieure du talus de cette même fosse qui pourrait confirmer l’exploitation d’un dyke. Il est probable que, du fait de son ancienneté, davantage de sédiments s’y soient accumulés et qu’il soit nécessaire de creuser plus profondément.

JPEG - 40.3 ko
Vue générale de MEI.D6.029. Fosse n° 1 © Michel Charleux


Nous n’avions ni les moyens humains, ni les moyens techniques pour entamer un tel chantier à l’issue incertaine et qui aurait nécessité des impératifs de sécurité considérables.

JPEG - 42 ko
Vue générale de MEI.D6.029. Fosse n° 3 qui ne peut en aucun cas être la carrière de basalte © Michel Charleux


Bien que de nouvelles prospections aient été exclues, un site nouveau D6.046 constitué de 5 assises et comportant des dalles de ke’etu et des ke’a kiva a été succinctement débroussé et relevé dans un vallon « aval » de la vallée Hanataaitoki où on note la présence de 4 banyans.

JPEG - 37.2 ko
Le site D6.046 mis au jour au cours de EIAO.2010.2 comporte 5 assises et des dalles de ke’etu © Michel Charleux


Une douzaine de vertèbres de Poisson a été recueillie en stratigraphie. Elle sera confiée au CRIOBE qui se propose d’en extraire l’ADN ancien pour déterminer les espèces consommées grâce au programme Bio-code. Il s’agira d’une première mondiale.

JPEG - 36.4 ko
MEI.D6.029. Fosse n° 1-L’érosion a mis au jour des épaisseurs d’éclats importantes © Michel Charleux


Enfin, de nouveaux échantillons minéralogiques ont été recueillis en vue des analyses géochimiques dans la perspective de la recherche d’éventuels réseaux d’échanges interinsulaires pré-européens. Des déplacements en Nouvelle-Zélande et à Hawai’i sont d’ores et déjà programmés pour rechercher dans les réserves des musées, des outils provenant de fouilles façonnés dans le fameux basalte de Eiao.

JPEG - 32.4 ko
La seconde équipe de EIAO.2 peu avant le rembarquement en baie de Vaituha © Michel Charleux