Accueil > Français > Actualités > HAWAIKI NUI VAA un évènement sportif et culturel

HAWAIKI NUI VAA un évènement sportif et culturel




- LE VAA UN OUTIL TRANSMIS PAR LES TUPUNA

Le va’a est, un élément fédérateur d’une population dont les ancêtres auraient peuplé les îles polynésiennes au moyen de cet outil de navigation.
Ce phénomène migratoire débute il y a 3000ans avec des pirogues doubles à voile ou Pahi permettant les longues traversées. Les Polynésiens utilisaient le Tipaerua pour leurs déplacements d’îles en îles. Le Pahi ou Tipaerua avait une longueur comprise entre 13 et 25m. le va’a était aussi conçu comme une terre, un territoire ou une appartenance, elle recevait un nom, en général celui de la terre que l’on a quitté ou celui de sa lignée.

JPEG - 81.8 ko
Flotte de tahiti au début du XIXème siècle (7) coll D. PALACZ

On dénotait trois types de va’a destinés aux voyages, à la pêche mais aussi à la guerre. Cette dernière était semblable au Pahi de par sa dimension, avec une plate-forme pour les guerriers. Les premiers navigateurs ont largement décrits ces pahi tama’i qui tournaient autour d’eux. Lors de la bataille de fei Pi en 1815, Opuhara aurait d’ailleurs accosté d’un pahi tama’i à la pointe Narii (Paea) pour combattre les nouveaux chrétiens protégé de Pomare II.

- LE VAA OUTIL FEDERATEUR DU MONDE POLYNESIEN

Aujourd’hui, le va’a est un élément culturel d’importance dans la société tahitienne. De nombreuses compétitions de va’a sont organisées tout au long de l’année sous l’égide de la Fédération Tahitienne de Va’a qui regrouperaient plus de quatre mille licenciés.

Si le va’a était autrefois élaboré à partir d’arbres spécifiques, tel que le MARA, il n’en demeure pas moins que les méthodes de construction ont évolué. Les manifestations sportives en nombre plus conséquent ont obligé les constructeurs à adopter de nouveaux matériaux tels que de la fibre de verre ou le carbone qui permet vitesse et légèreté. La pagaie ou Hoe a subi elle aussi nombre de transformations, plus légère, le rapa étant aujourd’hui construit aussi en carbone.

Le va’a peut se pratiquer sous quatre déclinaisons et être pratiquer en lagon ou haute mer :

- V1 : une personne. Cette course lagonnaire ou de haute mer, met en avant les qualités d’endurance et de rapidité du rameur. Le Aito et Super AITO organisé par l’association Ruahatu depuis dix neuf années désormais permet à ces rameurs de se mesurer l’un à l’autre. A l’heure actuelle, ce sont plus de 500 rameurs qui s’engagent dans cette épreuve, c’est dire l’importance de la manifestation.

JPEG - 620 ko
V1 SUPERAITO (Ppt-Moorea) P.T 2010

- V3 et VAA TAUATI : Ces deux formes de pratiques lagonnaires généralement se retrouvent lors des festivités du mois de juillet ou Heiva vaa. Le va’a tauati en douze ou seize (super tauati) individus privilégient la cohésion du groupe.

JPEG - 484.1 ko
V3 Heiva vaa (rade de Ppt)2009

- V6 : Il s’agit de la pratique de haute mer la plus prisée car met en avant les différents équipages qu’ils soient civiles ou d’entreprises. Si le V6 est un équipage composé de six rameurs, il y a souvent trois ou six autres qui sont en marge et qui servent de remplaçants, on parle dès lors de V6 (9).

JPEG - 274.6 ko
Course V6 haute mer (Tautira, Ppt) 2010


La célèbre compétition de la Molokai Hoe à Hawaii s’inspire par ailleurs de ce concept. En 1952 sous l’impulsion d’Albert Minvielle, trois équipages relient Oahu à Molokai sur une distance équivalente de 76km. Cet événement international est prisé de nos Tahitiens.

L’équipage de SHELL VAA est depuis 2006 vainqueur de cette épreuve. Le 10 octobre 2010, les rameurs Tahitiens ont une fois de plus briller par leur victoire certes mais aussi par le nombres d’équipages en présence soit sept au total qui se sont d’ailleurs pratiquement tous positionner dans les dix premières places. Bien que la Molokai Hoe soit un événement d’envergure dans le monde du va’a, la Hawaiki nui va’a l’est tout autant si ce n’est plus.

JPEG - 333.7 ko
SHELL VAA sur course V6 (9) (Tautira, Ppt)2010

- LA HAWAIKI NUI VAA
En 1984, Edouard Maamaatuaiahutapu entouré de quelques amis et proches élabore les jalons de cet événement en matière d’organisation et de tarifications, mais il faut attendre quelques années pour que le projet se concrétise. En 1991, une course de haute mer est organisée par Rony Pouturu entre Tahaa et Bora Bora. Initialement appelée RAROMATAI HOE, la manifestation soutenue par le Gouvernement devient la HAWAIKI NUI VAA.
A ce propos voici ce que son créateur déclarait : « Nous avons reçu un bel héritage de nos ancêtres, le VA’A. Et, il est de notre devoir de le transmettre à nos enfants qui en feront de même ».

JPEG - 207.8 ko
Hawaiki nui vaa (Raiatea)2009


Si le V6 est à l’honneur, plusieurs catégories se dénotent, la sénior qui est la plus nombreuse, la Taure’a (ou juniors) et la Va’ahine (femmes). Les deux dernières n’effectuant qu’une boucle du circuit sur Raiatea. La première étape entre Huahine et Raiatea se déroule sur 44,5km, la seconde Raiatea-Tahaa, la plus courte et mettant en avant la rapidité des rameurs sur 24km et la dernière qui rejoint la plage de matira à Bora bora sur 58km, soit au total 126km à force de bras.

En 2009, l’équipage A du TEAM OPT remportait la victoire. En 2010, ce sont plus de 150 équipages de va’a qui s’affronteront sur le plan d’eau des Iles Sous le Vent, c’est dire le nombre et l’importance du va’a dans notre Fenua.

JPEG - 269.4 ko
TEAM OPT sur course V6 (9) (Rangiroa-Tikehau)2010


Le VA’A est sans conteste un héritage qui raccroche le Polynésien à son passé. Elément unificateur, de nombreuses communes de Tahiti à l’instar de Papeari, Papara, Mataiea, Papeete, Punaauia, Pirae Mahina, Tautira, vairao, Teahupoo mais aussi de nos archipels Era’i, Rairoa Vaa, Matairea hoe, Bora Bora va’a constituent un équipage. De nombreuses entreprises ne sont pas en reste qu’il s’agit de SHELL, OPT, EDT, Banque Socredo, Banque de Polynésie etc.

Le VA’A élément de communion entre l’homme et sa culture, un élément qui le rattache à ses racines ou ses appartenances.