Accueil > Français > Actualités > Festival de la jeunesse du 7 au 11 novembre 2010 à Puunui

Festival de la jeunesse du 7 au 11 novembre 2010 à Puunui



Le festival de la jeunesse qui s’est déroulé du 7 au 11 novembre 2010 à Puunui – Toahotu – Commune de Taiarapu Ouest a été organisé par le Ministère de la jeunesse et des sports en collaboration avec l’Union polynésienne pour la jeunesse –UPJ.

Affiche du Festival

I- Le Programme général du Festival

Mis en place en faveur du public âgé de 16 à 25 ans, le festival de la jeunesse a mis en exergue différents espaces de rencontres et de partage, de débats et de propositions autour des thématiques pouvant permettre leur intégration sociale et/ou professionnelle.

Trois temps ont composé la construction du programme général de cette manifestation avec un temps de réflexions et de débat en matinée, un temps d’initiation et de pratiques d’activités sportives, nautiques et culturelles ainsi que celles basées sur la découverte de l’environnement de la presqu’île et de jeunesse ainsi qu’un temps de « veillée » en soirée pour ceux qui sont hébergés sur place provenant notamment des archipels et des communes éloignées de Tahiti.

- Le public attendu

350 jeunes et cadres associatifs des îles et des communes éloignées ainsi que des communes proches, ont participé aux ateliers et activités du Festival.

Enfin, la population de manière générale tant de la presqu’île que de la zone urbaine, les élus des communes, les responsables confessionnels, les services territoriaux ont constitué le troisième type de public attendu.

- Stands d’information

Au nombre de 30 stands, un panel d’informations liées au soutien du jeune ou du socle associatif était présent sur le site du festival.

- Les ateliers débat / action

Pensés au travers de 3 thèmes de départ, les ateliers ont un lien avec l’action de cohésion sociale et la jeunesse polynésienne et menés de 2 manières différentes (ateliers débats : où l’on est dans le "faire penser" et ateliers-actions : où l’on est dans le "faire agir") sur les thèmes suivants : Jeunesse et ses défis, Jeunesse et socle associatif, Jeunesse et culture.

Les ateliers-débats qui sont au nombre de 10 par jour étaient animés par des jeunes du CJP et des associations de jeunesse. Chaque atelier débat a accueilli un minimum de 20 jeunes pour deux animateurs et un rapporteur ; ce dernier ayant pour objectif d’observer l’atelier débat, d’y retirer les choses les plus importantes qui ont été dites afin d’alimenter la charte de la jeunesse.

Les ateliers-actions quant à eux ont varié selon la thématique du jour et ont été animés par des agents des services publics, ou bien des personnes issues du socle associatif culturel, social et sportif.

Ces deux actions ont constitué, du lundi 8 au mercredi 10 novembre, les travaux de réflexion, débat et partage fixés au programme de la matinée, de 9h à 12h. 70 personnes ont assuré l’encadrement et la mise en œuvre de ces activités (30 en ateliers-débats, et 40 en ateliers-actions.

Plan du site

- L’animation

Programmé en après-midi, les activités sportives, de jeunesse et culturelles ont été menées par près de 40 intervenants issus pour la plupart du socle associatif de jeunesse et sportif, de la commune de Taiarapu Ouest, des jeunes du CJP et des agents du service de la jeunesse et des sports.

JPEG - 35.4 ko
Les représentants du ministre de la culture et de l’artisanat (M. Tunui Salmon et Christophe Tautumapihaa) sur le stand du SCP

II- Les ateliers du Service de la culture et du patrimoine

- Petit rappel historique

Jadis, TEVA, fils de Hotutu, cheffesse de Papeari et Vari-mätau-hö’ë, chef de Puna’auia, créent une puissante alliance composée de huit districts, dont 4 Teva-i-uta et 4 Teva-i-tai.

To’ahotu fait partie des Teva-i-tai, s’étend de Te-’ihi-pä à Fare-’aito. La colline qui culmine à 500 m est Fa’arei, le terrain de réunion Tö’ere-fau, les deux passes Te-puta et Tapu-he’e-rä, la pointe Poe-riro, la rivière dominante Ao-mä.

Les habitants sur cette plaine côtière assez marécageuse entre Taravao et Vairao se tournent essentiellement vers la pratique de cultures vivrières et la fabrication artisanale du charbon de pistachier, arbre de fer, cocotier.

- Les ateliers du SCP

Mercredi 10 novembre 2010, le Service de la culture et du patrimoine (SCP) a animé 3 ateliers "actions" le matin et un atelier "animation" l’après-midi.

Les 350 jeunes de 16 à 25 ans dont 120 en provenance de tous les archipels de Polynésie française sont passés d’un atelier à l’autre où ils ont été accueillis par groupe de 25 personnes pendant 45mn.

- Ateliers actions : 9h à 12h (soit 4 fois 45 mn)

JPEG - 43.4 ko
Le public est attentif aux explications de Tutana et Timeri


1) Teinture : apprentissage de préparation traditionnelle de couleur rouge à l’aide de feuilles de tou et graines de mati. La teinture servait à orner l’étoffe faite d’écorces mais aussi à soigner.

JPEG - 36.7 ko
L’atelier teintures et rä’au tahiti présenté par Tutana et Timeri


2) Rä’au tahiti : apprentissage de préparation de quelques remèdes traditionnels (’ï’ïta - feuilles de papayer, uefa – graines de rocouyer, re’a tahiti - safran d’océanie).

JPEG - 42.5 ko
Johanna TEARIKI de Tatakoto transmet ses savoirs sur les rä’au de son île


3) Les langues polynésiennes et la biodiversité : conférence et discussion.
Des supports audio-visuels ont aussi permis la transmission des savoirs et savoirs-faire : panneaux d’affichages sur les rä’au tahiti (remèdes traditionnels), film sur la préparation du pöpoi fë’ï (dessert aux fruits de bananes et bananes Musa troglodytarum) et un powerpoint sur les langues polynésiennes et la biodiversité.

JPEG - 40 ko
L’ atelier Langues et biodiversité présenté par Natea



- Atelier animation : 12:30-15:30
Tïtïraina (pirogue-jouet) : apprentissage de fabrication de tïtïraina à l’aide de feuilles de mäpë (châtaigner, inocarpus), baguettes de pürau (hibiscus tiliaceus), nï’au (nervures de feuilles de cocotier, cocos nucifera)) ; utilisation sur les plans d’eau.

JPEG - 42.6 ko
Alexis et Nestor ont présenté le Tïtïraina avec humour et bonne humeur


Bien que s’engageant davantage dans des travaux à long terme de collecte et préservation des savoirs et savoirs-faire, le SCP a souhaité, par cette contribution, attiser l’intérêt de la jeunesse pour la préservation et le rayonnement des langues polynésiennes et la transmission du patrimoine culturel matériel et immatériel polynésien.