Accueil > Français > Actualités > Du 19 au 23 octobre 2010 - Fête de la science - Biodiversité et Bioéthique, quel avenir ? (Village des sciences à la Présidence)

Du 19 au 23 octobre 2010 - Fête de la science - Biodiversité et Bioéthique, quel avenir ? (Village des sciences à la Présidence)



Reportage vidéo de la fête de la science 2010 du mardi 19 octobre 2010

JPEG - 54.6 ko
Titre Fêtede la science
JPEG - 305.7 ko
Présentation Fête de la science
JPEG - 206.9 ko
le plan in situ
JPEG - 249.3 ko
Les conférences

- Conférence du SCP n° 1 : La pérennité des langues polynésiennes contribue à la biodiversité (Conférence de Natea Montillier Tetuanui Vendredi 22 octobre de 12 à 13h30 pour le Service de la culture et du patrimoine)

Introduction : Les langues polynésiennes, parce qu’elles expriment une culture polynésienne, contribuent à la biodiversité.

1. Présentation des langues polynésiennes
Dans le Pacifique, en Polynésie française

2. Comment la langue permet-elle la préservation de la biodiversité ?

A) La langue et la culture :

La langue empirique est le résultat d’un procès de symbolisation à plusieurs niveaux.
La langue forme un système, une structure. Elle est une suite de petits bruits vocaux qui s’évanouissent sitôt émis, sitôt perçus, mais toute l’âme s’en exalte ; les générations les répètent et chaque fois le monde recommence.
Le langage est une de nos sources principales de connaissance sur la culture (ou sur le monde de la signification).
La zone du Pacifique peut être fière de sa diversité culturelle, et doit l’être aussi de sa biodiversité.

Ex : il existe selon le CIRAD 400 variétés de ha’ari, cocotier, selon Wilder environ 31 variétés d’arbre à pain ’uru :
’Ä’ata, ’äfara, ’äpuapua, ’äravei, atiati, härare, hävana, hühä pape, huero, maire, mä’ohi, märe’a, mata-te-’oa, pä’ea, pae-fe’e, paru ou päparu, pei, peti, piriati, pua’a, puero, puero ’öviri, rare, rare ’auti’a, tätara, vai paere, ’öte’a, pae tauati’a, rare aume’e, mau mae, tu’utou. (G.P. Wilder, 1927)

B) La langue et la biodiversité en Polynésie :

Chaque langue, chaque culture, met en oeuvre un appareil spécifique de symboles en lequel s’identifie chaque société. La Culture est un ensemble de représentations organisées par un code de relations et de valeurs : traditions, religion, lois, politique, éthique, art. C’est là que le rôle de la langue est crucial car c’est elle qui transmet tout un ensemble de symboles matériels et immatériels.
En Polynésie, comme dans de nombreuses sociétés traditionnelles, l’individu n’a d’identité qu’à travers le groupe. La transmission des savoirs par la langue autochtone est importante.

a) Les modèles de gestion, le rähui

Toute activité devait avoir l’aval du conseil des sages et des chefs dans l’idée d’un meilleur partage d’une meilleure gestion des ressources (alimentaires et autres).

b) Les savoirs et les savoirs-faire polynésiens

Anciens savoirs-faire : Tels que la vannerie, la pêche, la navigation, la médecine traditionnelle, l’horticulture…
Dans une société de type traditionnel, on recourt aux plantes à de multiples fins : se nourrir, se défendre, se loger, se couvrir, se chauffer, cuire les aliments, mais aussi teindre les vêtements, se parer, produire des cosmétiques traditionnels, se divertir, se soigner…
Anciens savoirs : Symboles, valeurs, Croyances, Anthroponymes, toponymes,
Les symboles, les valeurs, les croyances sont transmis par la tradition orale : la langue, les chants, les légendes, les récits, les discours, les généalogies…Ils enseignent depuis des temps immémoriaux la valeur de la biodiversité polynésienne.

Conclusion

Les langues polynésiennes, au contact des autres langues et cultures, sont aussi fragiles et pour certaines menacées, que certaines espèces animales ou végétales endémiques de nos îles. En Polynésie, comme ailleurs dans le monde, l’homme qui veut évoluer dans le monde moderne tout en préservant l’écosystème, et la biodiversité commencera donc par préserver les langues et les cultures autochtones.

JPEG - 257.9 ko
Biodiversité et culture


- Conférence du SCP n° 2 : Dans le cadre de l’organisation de la fête de la Science, le Service de la Culture et du Patrimoine mettra en exposition le thème du fe’i et toutes ses variantes, déclinant ses usages traditionnels d’antan jusqu’à nos jours.

Plus d’une dizaine d’affiches téléchargeables seront consacrées à ses diverses fonctions à partir d’histoires, de légendes, de lieu de culture du fe’i des basses et hautes montagnes (l’importance des vallées à fe’i sera mise en évidence pour la symbolique qui s’y rattache), de la médecine traditionnelle, de mets culinaires et d’artisanat.

L’objectif de cette exposition est de valoriser le fe’i et tous ses attributs de manière à ce qu’émerge une prise de conscience collective afin de montrer le vif intérêt qu’il représente pour l’avenir des ressources alimentaires en Polynésie.

Le fe’i est aujourd’hui un légume de prestige et la question qui se pose à nous autres polynésiens, est la suivante :

-  Que vont-elles devenir ces vallées à fe’i qui sont envahies de plantes nuisibles ou alors en perdition puisque non non entretenues, ni mises en valeur ?

Cette question mérite une attention particulière et devrait faire l’objet d’une réflexion commune mêlant les institutions, les planteurs et les consommateurs.

Le fe’i fera son entrée dans l’Atelier 3 : CULTURE et BIODIVERSITE

JPEG - 333.5 ko
6 espaces thématiques - 3 expositions
JPEG - 261.9 ko
Portes ouvertes