Accueil > Français > Téléchargements > Etat des lieux du secteur culturel > Mission d’Evaluation et de Prospective

Mission d’Evaluation et de Prospective


Rapport d’octobre 2000, effectué par la mission d’évaluation et de prospective dirigée par Monsieur Pierre a TERIITEHAU.

En 1999, la présidence du gouvernement avait mis en place une mission qui s’appelait « la mission d’évaluation et de prospectives ».
L’objectif assigné était la réalisation d’une étude de prospective et de développement de la Polynésie à l’horizon des dix prochaines années.
La mission s’est attachée à obtenir les conditions d’un dialogue permanent sur la forme d’entretien individuel, au sein de groupes de travail, devant déboucher à la fois sur leurs perceptions du passé et sur un ensemble de propositions formulé par la société civile pour l’avenir.

Ces groupes de travail ont comporté des hommes politiques, des responsables syndicaux, des responsables d’associations, des médias, des chefs d’entreprises, des représentants de congrégations religieuses, des fonctionnaires. Ils se sont réunis à plusieurs reprises pour alimenter la réflexion de huit ateliers de travail organisés en avril 2000.

Monsieur Pierre TERIITEHAU était à la tête de cette mission et pendant un an, le groupe de personnes qui composait ses collaborateurs, a travaillé sur l’évaluation des actions gouvernementales des dix dernières années, et sur les perspectives de développement des dix prochaines années, à l’horizon 2010.

Voici les axes retenus en matière culturelle par cette mission d’évaluation et de prospective.

- Favoriser l’expression des cultures

1 – Encourager la pratique du multilinguisme.

A un horizon proche, chaque polynésien et chaque polynésienne devrait pratiquer un minimum de deux langues en plus de sa langue maternelle. Ceci ne doit pas signifier l’acquisition d’une compétence proche de celle d’un natif. Il s’agit plutôt d’élargir le répertoire linguistique de tout polynésien en direction d’une compétence plurivoce.

2 - Pour sauvegarder le patrimoine polynésien, réaliser les opérations suivantes :

• Favoriser la recherche et le retour (provisoire à défaut de permanent) en Polynésie des objets provenant de son patrimoine.
• Poursuivre l’étude, l’inventaire, l’enregistrement et le catalogage de l’ensemble du patrimoine polynésien y compris celui de la tradition orale. Définir une politique de conservation et de protection juridique de ce patrimoine ;
• Renforcer l’enseignement des langues polynésiennes (voir § précédents) ;
• Créer un centre culturel polynésien destiné à promouvoir notre culture ;
• Constituer une banque de données centralisant l’ensemble des informations et publications sur la Polynésie ;
• Effectuer une réforme foncière profonde sachant allier à la fois la tradition, car n’oublions jamais que l’identité maohi se définit d’abord en référence au fenua, et la modernité dans son besoin de mise en valeur des terres ;
• Poursuivre le développement culturel par sa valorisation dans les formations artistiques et la création de lieux d’expression culturelle (voir § suivants) ;
• Achever la définition des signes identitaires avec en particulier le changement de nom du pays ;
• Mettre en place d’une signalisation en reo ma’ohi pour les bâtiments administratifs (fare oire, etc.) et les lieux symboliques de la culture polynésienne (fare tauhiti nui).

3 - Fournir des réseaux de communication, incluant la radiodiffusion, la télédiffusion et les technologies de l’information, capables de répondre aux besoins culturels et éducatifs du public.

4 - Encourager l’engagement des médias en faveur de questions de développement culturel telles que la promotion des cultures et des langues locales, l’exploration et la préservation du patrimoine national et la promotion de la diversité des traditions et des identités culturelles.

5 - Élaborer des politiques pour la préservation et le développement des archives, des musées, des bibliothèques et d’autres informations générées et/ou collectées par des institutions gouvernementales et non gouvernementales, si possible par voie de numérisation, et établir des mécanismes pour faciliter l’accès à ces contenus, y compris la promotion de ces institutions comme centres d’information et d’éducation tout au long de la vie.

6 - Promouvoir la connaissance du patrimoine culturel et naturel par les moyens virtuels qu’offrent les nouvelles technologies.

7 - Coopérer dans le domaine des médias audiovisuels, spécialement en ce qui concerne la formation, le développement et la distribution des produits audiovisuels.

8 - Encourager la coopération culturelle, particulièrement au moyen de projets conjoints dans le domaine des industries culturelles (production, investissement et cession de droits).

9 - Favoriser la créativité et l’expression artistique.